The Leftovers, quand le désespoir devient tristement magnifique

The Leftovers, quand le désespoir devient tristement magnifique

Depuis la fin de Lost en 2010, on ne peut pas dire que Damon Lindelof ait chaumé puisqu’il à s’est fait plaisir en écrivant les scripts de Cowboys et Envahisseurs, Prometheus de Riddley Scott, Star Trek 2 pour son pote J.J Abrams ou encore World War Z, le nanard avecBrad Pitt adapté de l’excellent bouquin de Max Brooks.
Il repasse donc depuis juin 2014 par la case TV, avec The Leftovers sur HBO, une série tirée du roman du même nom de Tom Perrotta, qui officie en tant que co-producteur.

L’histoire & les personnages

L’histoire de The Leftovers se passe quelques années après que 2% de la population mondiale ait mystérieusement et subitement disparue, et est principalement centrée autour de Kevin Garvey (Justin Theroux), le chef de la police de la petite ville (fictive) de Mapleton.
Alors que sa famille s’est disloquée suite au fameux drame, lui semble constamment sur la brèche et sur le point de tomber en dépression ou de s’enfoncer dans une certaine folie.

Sa femme Laurie à rejoint la secte des “guilty remnant”, une communauté qui se voit comme un souvenir vivant du drame et dont les membres ont fait voeux de silence complet, s’habillent tout en blanc, fument en public (pour signifier que la vie n’a plus de sens ni de futur), et cherchent en permanence à recruter de nouveaux membres. Toutes leurs actions et leurs manifestations publiques sont vues comme des provocations par le reste des habitants dont les réactions se font de plus en plus violentes…

Son fils Tom s’est égaré auprès d’un mystérieux gourou aux pouvoirs paranormaux qui lui confie la garde d’un jeune asiatique enceinte et dont l’enfant aurait un rôle clé dans le futur…
Tandis que sa fille Jill est en pleine crise d’ado et traîne son mal être.

Une des meilleures séries de 2014

Malgré quelques lenteurs, The Leftovers s’inscrit dans la lignée des séries HBO comme un classique instantané. La force de la série est de choisir de se concentrer sur la psychologie de personnages fascinants plutôt que sur le mystère de la disparition, tout en sachant parfaitement distiller des révélations qui entretiennent le suspense.
L’atmosphère est clairement à la déprime et The Leftovers suinte le désespoir de personnages qui n’arrivent pas à faire le deuil à cause de l’impossibilité d’expliquer rationnellement leur perte.
L’ambiance sombre et dramatique est renforcée par une bande son tristement magnifique, une mise en scène et réalisation de qualité, mais c’est principalement le jeu des acteurs qui est scotchant, Justin Theroux en tête. Son charisme et sa détresse explosent l’écran, et nul doute qu’il sera à la fête aux Emmy Awards & Golden Globes dans les prochaines années.

En plus le garçon à l’air terriblement cool, en plus d’avoir une belle geule et d’être Monsieur Jennifer Aniston, Justin à également beaucoup joué au théâtre, est passé chez Lynch (Mulholland Drive), à co-écrit les scénarios de Iron Man 2 et Tonnerre sous les tropiques, et de Zoolander 2, qu’il réalisera (sortie 2015, 2016). Pas mal comme CV…

Le casting de the Leftovers comprend également : Christopher Eccleston (28 jours plus tard, The Shadow Line, Heroes, Thor 2, Blackout…), Liv Tyler (Armageddon, Le Seigneur des Anneaux) ou encore Amy Brennan (Heat, Private Practice…).

Le pilote est réalisé par Peter Berg, producteur de la série Friday Night Lights et réalisateur pour cinéma de Hancock avecWil Smith, du bien bourrin Du Sang & des Larmes avec Mark Whalberg, ou encore de l’excellent Le Royaume avec Jamie Fox.

Le mot de la fin
A ne pas manquer