Southland : circulez y’a rien à voir

Southland : circulez y’a rien à voir

Nouveau cop-show diffusé sur NBC, Southland tente de nous entrainer dans les bas fonds de Los Angeles en suivant le quotidien des flics du LAPD. Mais la réalisation tape à l’œil n’arrive pas à masquer l’impression de creux qui se dégage de la série.

Southland suit donc plusieurs équipes du LAPD et souhaite nous faire partager leurs expériences (forcément difficiles) du quotidien. Sur le mode série chorale, l’action se partage entre différents groupes de personnages, et mêle ainsi plusieurs enquêtes par épisodes, sentiments et vie privée.

Et le moins que l’on puisse dire c’est que dès le début on ressent une méchante impression de déjà vu. On a bien compris que le but est d’être à la limite du documentaire, comme si on était embarqué avec ces flics, dans leur vie, ressentir les sentiments qui les traversent toute la journée et la folie de leur métier. Mais là ça ne fonctionne pas vraiment…
Certainement la faute à des enquêtes et faits divers déjà vu des centaines de fois (meurtre, drive by, kidnapping de fillette…) et des situations sensées être poignantes pour la ménagère. Malheureusement ici tout est bâclé et réglé sans trop de tension, bien qu’on essaie de nous faire croire le contraire à coup de plans fixes sur des personnages qui prennent un air grave.
SouthlandEt si les mêmes thèmes sont ressassés, on est par exemple loin des enquêtes tordus et des interrogatoires tendus des inspecteurs Wagenbach et Claudette Wyms de The Shield
Même constat dans la rue, les patrouilles de flics n’offrent aucune nouveauté par rapport à ce que l’on à tous déjà trop vu. Les histoires sont donc bien creuses et les dialogues cruellement plats, vides. Trois injures sont prononcées par épisode, et chacune d’entre elles est censurée par un «bip », pour renforcer un faux aspect documentaire ?

De plus, la plupart des personnages de Southland sont  complètement inintéressants, caricaturaux et interchangeables. On n’échappe donc pas au cliché du jeune prodige born to be a cop, le vieux flic qui à tout vu, les blagues machistes, la blondasse mignonne mais couillu qui rêve d’intégrer le SWAT etc… Rien de neuf sous le soleil donc, surtout que les acteurs sont vraiment très mauvais.

SouthlandPar contre esthétiquement, avouons que Southland à de la gueule. Certains plans sont magnifiques, et on sent qu’un gros effort a été fait sur les lumières, notamment dans les scènes nocturnes. C’est agréable à regarder et ça fait illusion au début,  mais ça ne suffit pas à combler les énormes lacunes du scénario, le jeu minable des acteurs et les dialogues pathétiques…

Southland a donc au moins le mérite d’interroger le spectateur : pourquoi perdre son temps à regarder des séries aussi insignifiantes ? Mais méfions nous, Southland est tout à fait le genre de série qui serait autant capable de disparaître rapidement que de cartonner le dimanche soir sur TF1 d’ici un an ou deux. On vous aura prévenu.

Mise à jour : Et non Southland n’est pas devenue un carton, la série à d’ailleurs été annulée avant d’être reprogrammée sur une autre chaîne (TNT). Elle est régulièrement citée et reconnue pour son réalisme, les quelques épisodes que j’ai regardé ne m’ont pas donné envie de poursuivre l’expérience.

Quelques liens :

Le mot de la fin
Trop cliché