Pushing Daisies – compte de fées tout mignon

Pushing Daisies – compte de fées tout mignon

Pushing Daisies

Pushing Daisies à quelque chose de très sympathique avec son côté conte de fées et son ambiance à la Amélie Poulain. Même si c’est parfois un peu longuet, la série mérite un petit détour.

Pushing Daisies, l’histoire :

Pushing DaisiesTout jeune, Ned découvre qu’il à le pouvoir de redonner la vie à un mort en le touchant. En le touchant à nouveau, la personne retombe dans un sommeil éternel, et Ned pourra plus jamais la faire revivre.  Par contre s’il réveille un mort et ne le retouche pas dans la minute, celui-ci revient définitivement à la vie, et une autre personne meurt aléatoirement.

Lorsque sa mère décède, forcément le jeune Ned la sauve, ce qui à pour effet de tuer leur voisin : le père de Chuck, sa petite amie… Du haut de leurs 9 ans les deux vivent une belle petite histoire d’amour, mais ils sont hélas séparés par la mort du père Chuck, qui part vivre avec ses deux tantes.

Des années plus tard, Ned est devenu pâtissier et travaille à ses heures perdues avec un détective privé : Emerson Cod. Il utilise ainsi son don pour réveiller les morts, résoudre des enquêtes et toucher les primes…
Un jour il découvre que Chuck a été victime d’un meurtre. Il la réveille donc pour savoir ce qui s’est passé, mais ne peut se résoudre à la retoucher pour lui ôter définitivement la vie. Chuck et Ned reprennent donc leur histoire d’amour arrêté lorsqu’ils avaient neuf ans, mais ils sont hélas condamnés à ne jamais pouvoir se toucher…

Pushing Daisies

Pushing DaisiesCe qui fait bien sûr le charme de Pushing Daisies est son univers ensoleillé, son ambiance à la Amélie Poulain et ses aspirations Burtonniennes.
La série peut également faire penser à Dead Like Me (thème, groupe de personnages, les réunions dans une pâtisserie…), après vérification c’est certainement parce que les deux séries ont été crées par le même homme, Bryan Fuller.

Dans Pushing Daisies on découvre avec plaisir un petit monde qui respire la joie de vivre, à l’esthétique rétro et très colorée, là où Dead Like Me se montrait plus noir et cynique.

Pushing Daisies - Ned & OliveNed travaille donc dans une pâtisserie avec la blonde Olive qu’il ne remarque pas, et qui est pourtant folle amoureuse de lui. Lorsqu’il tire Chuck du sommeil éternel, les deux réapprennent à se connaître et réalisent très vite qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Malheureusement et malgré le désir ils ne peuvent se toucher, sous peine de voir Chuck mourir… Pendant ce temps là Olive est bien sûr verte de jalousie, et se demande bien qui est cette mystérieuse inconnue qui ressemble à une fille assassinée il n’y à pas si longtemps…
Le trio amoureux est ainsi posé et amène quelques belles scènes, mais entre la brune pétillante et la blonde aigrie, le choix du héro sera pourtant vite réglé.
Olive nouera ensuite une étrange relation avec les tantes de Chuck, qui ignorent que celle-ci est encore en vie.

Pushing Daisies - Emerson CodL’autre partie de l’histoire concerne les enquêtes que mène Ned avec le détective Emerson Cod, très cynique par rapport aux sentiments qu’éprouvent nos deux tourtereaux, et par rapport à la vie d’une manière générale.
Emerson est appelé pour résoudre des enquêtes, sa botte secrète étant ce cher Ned qui réveille les morts pour éclaircir les circonstances de leur décès.
Bien sûr celui-ci n’ayant qu’une minute pour leur parler, seuls quelques indices permettant de mettre les héros sur la bonne piste sont dévoilés. Ils passent ensuite le reste de l’épisode à résoudre des meurtres bien étranges.
Ceci permet aux scénaristes de créer une belle galerie de personnages bien barrés et d’histoire improbables, tout en restant dans un univers de bande dessinée.

La continuité est donc assurée dans les rapports entre les personnages, et le côté « one shot » par les enquêtes réglées en un épisode. D’ailleurs le pré-générique rappelle souvent le pouvoir du héros (mais toujours d’une manière différente) en présentant ses aventures de jeunesse… Ceci permet aux spectateurs arrivant en cours de rapidement se mettre dans le bain, mais peut se révéler un peu lourd si vous enchaînez les épisodes.

Pushing DaisiesPushing Daisies reste une série fort plaisante à regarder, car en effet c’est vraiment « mignon tout plein« . Ça peut paraître un peu con, mais du coup le terme est pourtant bien adapté.
Le tout est traité d’une bien jolie manière, à la fois sensible, touchante et drôle. Bien qu’on décèle très vite le carton pâte ou les effets spéciaux, un vrai soin est apporté à l’esthétique et au côté magique et irréel de l’histoire.
Mais voila, ça tourne un peu en rond. Malgré les quelques révélations de fin de saison qui éclaircissent les comportements des personnages, ceux-ci évoluent peu, et on à parfois l’impression que ça patine.
De plus, bien que la série soit très originale, force est de constater que les épisodes sont parfois un peu longuet. Mais le ton parfois enfantin de Pushing Daisies revivra certainement en vous quelques souvenirs de contes de fées, et je ne peux que vous inciter à y jeter un œil.

Du fait de la grève des scénaristes, la première saison de Pushing Daisies compte seulement 9 épisodes. La série à été arrêtée en cours de deuxième saison, les 10 premiers épisodes ont été diffusés fin 2008, les 3 restants sont programmés pour l’été 2009.
Un peu dur de comprendre ce choix,  peut-être que la déprogrammation brutale  à obligée les scénaristes à revoir la fin de saison vu qu’il n’y en aura pas de troisième ? 
Mise à jour : par manque d’audience, la série à été annulée.

Bande annone Pushing Daisies (trailer)

Le mot de la fin
Alors ça vaut le coup ?