Luck, accident industriel sur HBO

Luck, accident industriel sur HBO

Luck sur HBO avec Dustin hoffman

Attendue sur HBO pendant des années et avec son pedigré de luxe, Luck avait tout pour devenir un événement télé et classique instantané. Mais c’était loin, c’était en 2012. La série signait le retour de David Milch sur la chaîne new-yorkaise (il était déjà le créateur des excellents Deadwood et John From Cincinatti), avec Michael Mann à la co-production et à la réalisation du pilote. Réalisateur star au cinéma (Heat, Révélations, Ali, Dernier des Mohicans…), Mann revenait lui aussi faire un tour à la télé (il était le créateur de 2 Flics à Miami). Son pilote de Luck est d’ailleurs une telle claque visuelle, que le reste des épisodes n’arrive jamais à nous scotcher de la même manière.

L’histoire se déroule autour d’un hippodrome où se croisent (entre autres) des entraîneurs de cheveux combinards, jockeys pleins d’espoirs, parieurs et turfistes en mode beautiful freaks, des mafiosos et autres businessmen louches… Face à la caméra Dustin Hoffmann et Nick Nolte en imposent et sont entourés d’une belle brochette de “geules” de la télé et du ciné : Joan Allen, Dennis farina, John Ortiz, Kevin Dumm, Jason Gedrick, Kerry Condon, Richard Kind

Logiquement Luck aurait du cartonner, elle à été annulée au bout d’une saison. Officiellement pour des raisons de sécurité liées à la mort de plusieurs chevaux sur le tournage, officieusement parce que la série est un four. Les deux créateurs et control freaks reconnus auraient eu du mal se supporter, une rumeur rapportée par Nick Nolte voit Milch débarquer en salle de montage avec une batte de baseball pour inciter Mann à augmenter la cadence… Ambiance.

Côté audience c’est encore pire, personne ne regarde la série et HBO aurait choisie d’arrêter les frais. Il faut dire que Milch semble prendre plaisir à ne faire strictement aucun effort pour rendre son récit clair. Une grande partie de ce qui se passe à l’écran est ainsi complètement imperméable pour le spectateur non aguerri au monde des courses hippiques et de toutes les arnaques qui y sont associées… C’est parfois tellement opaque que ça en devient fascinant.
Les curieux n’hésiteront pas à se lancer dans l’aventure, les autres ne manqueront pas de rattraper le pilote, une véritable tuerie visuelle. Ah et en plus le générique est Splitting the atom de Massive Attack, ça claque.

Trailer de Luck sur HBO :

Le mot de la fin
L'avis de Serial Watcher