Justified – juste pour Timothy Olyphant

Justified – juste pour Timothy Olyphant

Justified sur FX avec Timothy Olyphant

Quelques années après Deadwood, Timothy Olyphant renfile son Stetson et ses santiags pour Justified, série dans laquelle il incarne un US Marshal à l’ancienne et carrément badass revenu régler quelques comptes dans son Kentucky natal. La série gagne en tension et en intérêt au fil des épisodes et surtout en intérêt au fil des saisons, pour les amateurs du genre Justified envoie le bois.

Du roman à la série

Justified est adaptée d’une nouvelle d’Elmore Leonard, Fire in The hole. Auteur de western et de polars, son œuvre à souvent été portée à l’écran : Jackie Brown, 3h10 to Yuma, Get Shorty et sa suite Be Cool, ou encore l’énorme Hors d’Atteinte de Soderbergh.

En collaboration avec Elmore Leonard himself, l’adaptation de Justified est assurée par Graham Yost, un vieux de la vieille, scénariste de films d’actions à l’ancienne comme Speed, Broken Arrow de John Woo, Mission to mars de Brian de Palma, ou encore Pluie d’Enfer, un bon petit nanar avec Christian Slater et Morgan Freeman. Graham Yost à également écrit, produit et réalisé des épisodes de Band of Brothers et de The Pacific pour HBO.

Justified est diffusée depuis mars 2010 sur la chaîne FX (The Shield, Sons of Anarchy, Nip / Tuck, Damages…), chaque saison compte 13 épisodes d’environ 45 minutes.

It was Justified

Raylan Givens (Timothy Olyphant) est un anachronisme. Un Marshal tout droit sortit du far west, de ceux qui tirent plus vite que leur ombre et ont la gachette facile. Solitaire, charismatique, posé et sûr de lui, l’homme en impose et n’a peur de rien ni de personne. Une force tranquille qui peut se transformer d’un clin d’œil en dangereux prédateur si la situation le justifie… (ces action sont Justifiées donc). Son caractère indépendant et ses méthodes l’isolent de ses supérieurs et de ses collègues, et de l’autre côté de la loi Raylan est à la fois une légende et une cible à abattre… Suite à un duel sous le soleil de Miami avec le membre d’un puissant cartel, le Marshal Givens est envoyé se faire oublier dans son Kentucky natal. Il va y retrouver de vieux ennemis et ses propres fantômes tandis que remonteront à la surface des histoires qu’il pensait enterrées…

Mais beaucoup vont l’apprendre à leurs dépends : don’t fuck with Raylan Givens.

Timothy Olyphant en mode cow boy, round 2

Dans l’excellent Deadwood de David Milch, Timothy Olyphant incarnait un shérif tentant de maintenir un semblant de loi dans une ville rongée de l’intérieure. Avec sa moustache et son regard noir son personnage, Seth Bullock, était déjà plein d’assurance et de tension, et semblait en lutte permanente pour ne pas exploser dans un tourbillon de violence. Tellement énorme que Christian Bale semble lui avoir tout piqué pour son rôle dans 3h10 to Yuma.

Même combat dans Justified, regarder Timothy trimballer sa grande carcasse avec classe et nonchalance donne l’impression de voir Seth Bullock parachuté de nos jours au pays des rednecks. Un temps préssenti pour incarner Iron Man, vous avez notamment pu voir l’acteur en méchant dans Die Hard 4, Hitman (la honte franchement), The Crazies, Elektra Luxx, Dreamcatcher ou encore dans A perfect Getaway, sympathique nanar de David Twohy, avec également Steve Zahn (Treme).

Justified ou pas ?

Après un pilote explosif, la série bat de l’aile pendant 2 – 3 épisodes bien mous du genou, avec intrigues en stand alone et criminels de bas étages rapidement croqués par Olyphant. On craint un moment une succession d’épisodes indépendants, c’est presque le cas, mais la série gagne vite en intérêt en approfondissant la psychologie de son personnage principal et ses relations tendues avec son entourage. Ne vous découragez  donc pas, la première saison est aussi la plus faible./
Car si au début Raylan Givens apparait infaillible, le retour du fils prodigue dans le Kentucky est l’occasion d’explorer ses nombreuses zones d’ombres. Notre Marshall a en effet pas mal de comptes à régler (avec son passé, avec lui même) et un paquet de monde aimerait le voir six pieds sous terre… Au fil des saisons les personnages s’épaississent et Justified se crée son propre monde, avec ses réseaux de gangsters withe trash, ses légendes etc.

Avec son rythme lent et sa mise en scène pas vraiment stylisée Justified ne vous fera pas forcément tomber raide dingue. Mais la série est très agréable à suivre grâce à ses dialogues bien ciselés, son lot de scènes tendues et son ambiance à la frontière du polar et du western chez les bouseux.

C’est également une bonne occasion de revoir la jolie Natalie Zea (Jemma dans Hung) ou encore Walton « Shane » Goggins from The Shield. Ami d’enfance de Givens devenu white trash néo nazi, et reconverti en religieux douteux suite à ses retrouvailles chargées en plomb avec le Marshall, il offre quelques scènes mémorables dans la première saison, et constitue pour les suivantes le meilleur ennemi et pire ami de Givens. Vous l’aurez peut-être compris, Justified est fortement recommandée aux amateurs de personnages borderline et de séries comme The Shield, Sons of Anarchy, 24 ou bien sûr Deadwood.

Bande annonce de la première saison de Justified :


Quelques liens pour en savoir plus :

Le mot de la fin
Niveau de Timothy Olyphantrie :
  • Sharp

    Ce choix est totalement…justifié, merci pour toutes ces infos. ;) Série géniale. Les punchlines de Raylan valent bien celles d’un certain Dirty Harry ! Vivement la saison 5 !