Entourage – la série la plus cool du monde

Entourage – la série la plus cool du monde

Entourage a débutée en 2004 (déjà !) sur la chaîne HBO, la série est produite par  Mark Whalberg et est inspirée de sa propre expérience. Nous y suivons les frasques d’une jeune star montante à Hollywood, Vincent Chase, et son entourage donc, constitué de ses trois potes et d’un agent hyperactif.

Au programme : une belle histoire de potes, les coulisses de l’usine à rêve, du soleil, une avalanche de punchlines hilarantes, des guests stars de luxe, un pincée de drame… et surtout une énorme dose de cool.
On n’est pas vraiment là pour se prendre la tête, et de ce point de vue Entourage remplit très bien le contrat.

Entourage, ze story

Issu d’un quartier défavorisé de New York, Vincent Chase est devenu l’acteur du moment à Hollywood. Avec quelques films à son actif il fait fureur auprès des adolescentes, et sa côte de popularité ne cesse d’augmenter, que ce soit du côté du public ou des producteurs.
Alors qu’on voudrait lui faire enchaîner les blockbusters pour faire pleuvoir les dollars, lui préférait se consacrer à des projets légèrement plus ambitieux artistiquement… Vince devra donc faire les bons choix si il ne veut pas que sa carrière s’arrête encore plus vite qu’elle n’a commencée. Car à Hollywood,  les rêves ont tendance à se briser rapidement.
Et heureusement il est bien entouré, il a en effet ramené avec lui ses trois potes d’enfance, qui le soutienne, le conseille tout en enchaînant les grosses soirées. De plus, son agent défend sa cause avec les dents et une tchatche désormais légendaire.

Entourage, les personnages

Entourage Vincent ChaseTout se passe bien pour Vincent Chase, au début du moins. Les propositions de films et les dollars affluent, il vit dans une grande baraque avec ses potes, écume les soirées et enchaîne les filles sublimes avec indécence.
Vince profite de la vie au jour le jour, suit ses envies, et comme il n’attend rien du rêve hollywoodien, tant qu’à y être autant se gaver et faire ce qui lui plait. Si il se prête au jeu des blockbusters pour la renommée et les dollars, c’est aussi pour avoir le luxe de faire ensuite les films qui lui tiennent à cœur. Doté d’un sacré caractère et avec l’aide de ses potes, Vince sait imposer ses choix en mettant ses couilles sur la table et en n’hésitant pas à se mettre à dos des gens importants. Ce petit jeu peut se révéler dangereux, en cas de bide sa carrière pourrait prendre un sacré coup…

Entourage - E (Eric)Eric, surnommé E (prononcer « i » – à l’américaine), est le meilleur ami de Vince et fait office de manager. Il connaît son pote par cœur et sait donc l’écouter et le conseiller. Bien que les deux se braquent régulièrement, c’est toujours dans le soucis d’apporter à l’autre ce qui semble le meilleur pour lui.
Lorsque Eric devient contractuellement le manager de Vince, leur relation se complique, puisque profonde amitié et impératifs professionnels commencent à se confondre…
Posé et simple, Eric est doté d’un bon instinct dans le choix des films et la négociation des contrats. Ne souhaitant pas vivre éternellement dans l’ombre de Vince, il développe une petite structure pour devenir agent d’acteurs débutants et prometteurs.
Pas du genre à sauter sur tout ce qui bouge, il sait quand même se faire plaisir tout en préférant les relations stables.

Turtle (dont le vrai prénom ne sera pas prononcé avant la cinquième saison !) est du genre éternel adolescent. Quand il ne fait pas le chauffeur pour la bande il occupe ses journées en fumant des gros spliffs, et peut passer des heures vautré dans le canapé à jouer à la Xbox.
En mode parasite, il profite simplement de la vie hollywoodienne avec ses potes, les filles en moins (ce n’est pourtant pas faute d’essayer ). Sentant que ses amis avancent et construisent peu à peu leurs vies, il se lancera au fil des saisons dans différents projets à la cool (production musicale, organisation de soirées…) pour essayer de trouver sa voie et gagner en indépendance. Et qui sait, le gros galérien finira peut-être par trouver l’amour ?

Johny « Drama » Chase est le grand frère de Vince, et un acteur has been. Sa carrière n’a jamais vraiment décollée, et il a principalement joué dans un tas de nanards et de films oubliés. Il est souvent reconnu dans la rue pour son rôle de Thorvald dans la série Viking Quest. Souhaitant relancer sa carrière, il colle son frère et essaye d’être vu un maximum avec lui, il ne manque donc pas une occasion de se placer dans un de ses films. Vantard, beauf et très old school, il aime se la raconter avec des histoires de tournage et sa longue expérience d’acteurs. Mais la vérité est que Drama est plutôt du genre tricard dans le milieu, et qu’il peine à décrocher le moindre petit rôle. Attention, personnage culte (bien que difficilement supportable au début).

Entourage Ari GoldLe meilleur pour la fin : Ari Gold, magistralement incarné par Jeremy Piven. Si le reste du cast est plutôt bon, il est sans conteste celui par qui le miracle arrive et qui emmène la série vers les sommets de la comédie (et du mauvais goût).
Ari est l’un des agents de stars les plus puissants d’Hollywood, il connaît tout le monde et tout le monde le connaît. Il s’est pris d’affection pour Vince et croit réellement à son potentiel, il se démène donc pour défendre sa cause, parfois avec les canines… Expert en négociation, c’est une vraie petite pute vicieuse qui n’hésite pas à écraser ceux qui se mettent sur son chemin, ni à utiliser le chantage et la manipulation pour arriver à ses fins. Caricature du winner au sourire ultrabright et au costard toujours nickel, habitué aux voitures de luxes, il est là pour le pouvoir et l’argent et ne s’en cache pas.
Energique et directif, il parle à ses employés comme à des chiens et ses coups de gueule sont hallucinants. Les scénaristes se régalent avec ses punchlines devenues cultes, et toutes les injures racistes, homophobes ou misogynes qu’il sort à la pelle. Mais la seule personne devant laquelle il s’écrase complètement est sa femme…
Filmé comme une star de films d’actions, la prestance et l’énergie que déploie Piven dans chacune de ses scènes en rendraient presque les autres acteurs invisibles. Pour son rôle il a d’ailleurs reçu 2 Emmy Award et 1 Golden Globe, trop classe.

Vous allez adorer Entourage

EntourageEntourage n’est donc pas du genre prise de tête, les épisodes sont courts (20 minutes) et c’est un plaisir de les enchaîner pour avoir sa dose.
Les boys vivent le rêve hollywoodien dans toute sa démesure : gros squat dans une villa forcément avec piscine, voitures et fringues de luxes, soirées hallucinantes, filles magnifiques… et toujours ce putain de soleil. Mais si les mecs aiment flamber gentiment, ils restent simples et toujours bon esprit.
Car Entourage est également une histoire de potes, qui malgré leurs différences et les inévitables conflits restent soudés, chacun semblant nécessaire à l’équilibre des autres. Au bout de quelques saisons on peut trouver que les personnages n’évoluent pas assez, mais l’intérêt de la série est à chercher ailleurs.
En effet, Entourage nous entraîne en spectateur privilégié dans les coulisses d’Hollywood avec une précision quasi documentaire. Et cela semble fonctionner puisque les guest stars de luxe accourent pour figurer dans la série (voir juste un peu plus bas).
EntourageOutre le pouvoir prépondérant des agents, le pouvoir des producteurs et la puissance des studios, nous pouvons y voir la manière dont sont négociés les films et la participation des acteurs. Bien sûr on frôle souvent la caricature avec l’hystérique et impitoyable Ari Gold, mais la série a le bon goût de rester toujours légère.
On s’aperçoit également que les acteurs ne sont que de la chair à canon. Aussi prometteur qu’il soit, le moindre échec commercial peut être fatale à un jeune acteur « bankable ». Les starlettes sont vite oubliées et remplacées, le rêve s’éloigne et le come back n’est pas toujours assuré…

EntourageVous aurez donc compris qu’avec son caractère farouchement indépendant et ses choix parfois risqués de films, la carrière de Vince va connaître des hauts et des bas… Avec ses 8 saisons au compteur en 2011 (soit près de 80 épisodes de 22 minutes), Entourage  fut un temps une des plus vieilles séries diffusées sur HBO depuis l’arrêt des gros classiques (The Wire, Les Soprano, Six Feet Under…).

Entourage le film à souvent été mentionné depuis l’arrêt de la série, en 2014 l’acteur Adrien Grenier à officialisé la mise en production du film sur son compte

Avalanche de guests

Entourage - Festival de CannesLa présence de nombreuses guests stars au générique (qui jouent leur propre rôle) apporte consistance et crédibilité au récit. Depuis cinq ans Vince à donc entre autres croisé James Cameron, Martin Scorcese, Peter Jackson, Gus Van Sant, Mark Whalberg, Scarlett Johanson, U2, Joel Silver, Val Kilmer, James Woods, Dennis Hopper, M. Night Shyamalan, Hugh Heffner, Edward Burns, Sydney Pollack, Paul Haggis, Snoop Dog, Giovanni Risibi, Jessica Alba, Kanye West, Luke Wilson, Seth Green, Matt Damon, 50 Cents, Jessica Simpson, Mike Tyson ou encore Jamie Lynn Sigler (Meadow Soprano !)
Et en plus de présenter un film à Sundance, les boys se sont permis le luxe de monter les marches pendant le (vrai) Festival de Cannes. Trop classe.

Si vous avez aimés Entourage, vous apprécierez :
How to make it in America, Californication, Eastbound & Down, Hung, Bored to Death, Curb your Enthusiasm, Weeds, How I Met Your Mother.

Quelques liens :

  • Pour promouvoir la saison 5 d’Entourage, HBO s’est tapé un trip sur la vraie fausse série Viking Quest dans laquelle a joué un des personnages
  • Sinon vous pouvez également visiter le site officiel
Le mot de la fin
Culte
  • fl0r1an

    C’est sur les conseils de Serial Watcher que je me suis lancé dans cette série. Sans être une merveille scénaristique, Entourage se consomme plaisamment et les saisons s’enchaînent rapidement. Si la journée a été longue et que la perspective de revoir Mulholland Drive vous effraie, Entourage vous conviendra parfaitement !

    Nota bene, la dernière saison a bien du mal à ce lancer (je parle en terme d’histoire et non d’audience)… signe distinctif d’une série en voie de disparition ?

  • ecko

    J’ai pas du tout aimé Entourage. J’ai matté 2 saisons avec un pote parce que c’est léger, on peut regarder plein d’épisodes « sans se prendre la tête » comme tu dis et c’est drôle (même si je rigole dix fois plus devant tbbt, how i met ou bored to death). Mais le gros gros problème de cette série c’est que je n’ai jamais vu une série aussi VIDE DE CONTENU.
    On ne retire RIEN de cette série. Il y a des tonnes de saisons et d’épisodes et à chaque fois c’est la même chose. Vinnie (qui joue comme un pied) et ses potes parasites qui vivent de son argent se demandent comment ils vont chopper telle nana ou entrer dans telle soirée VIP le soir même. C’est le lot de leurs problèmes quotidiens et le problème est toujours résolu en fin d’épisode. Ah si, des fois il y a des problèmes de budget pour tourner tel ou tel film -> pareil, toujours résolu en fin d’épisode en 2-2. Nos petits ballas n’ont jamais à s’inquiéter plus de deux secondes :p

    Entourage est une série pour ados qui ne marche que sur des concepts marketing exagérés: guest stars à gogo (« Ah cool, il y a Jessica Alba! » « Ah super voila James Cameron, trop bien cette série »), bagnoles de luxes, fringues très stylées et toujours neuves et changées d’épisodes en épisodes… Sérieux vous avez déja vu Turtle porter deux fois les mêmes vêtements? la même casquette?
    Et Ari Gold est marrant deux minutes. Imo il vient après une époque trop pleine de Barney Stinon-like characters ou la mode c’est de mettre un mec dans la série qui fait rire tout le monde avec des vannes très (trop) sophistiquées dans l’écriture. Et dans une série non-sitcom ça passe moins bien.

    Enfin voila pour mon semi-coup de gueule :P Je suis étonné que qqun qui place the wire, oz et les sopranos dans son top5 de séries (pour moi les trois séries les plus profondes ever) puisse apprécier une série avec aussi peu de contenu.