Dr Horrible’s Sing-Along Blog

Dr Horrible’s Sing-Along Blog

Le Dr Horrible est un apprenti villain tenant un blog vidéo, dans lequel il parle de ses inventions démoniaques, de ses plans pour battre le super héros Captain Hammer, et de son amour pour la belle PennyLe tout en 45 minutes, par Joss Whedon et en chanson avec Neil Patrick Harris. And it’s awsome.

Dr Horrible’s Sing-Along Blog est une mini série musicale de 3 épisodes de 15 minutes, crée par Joss Whedon pendant la grève des scénaristes. Joss Whedon est bien sur le papa de Buffy, Firefly, Dollhouse, depuis peu dans l’écurie Marvel avec le succès Avengers que tout le monde connait et la série Agents of S.H.I.E.L.D.
La série fut diffusée en juillet 2008 sur Internet, à raison d’un épisode tous les 2 jours. Lors de sa sortie en DVD, elle s’est classée dans les premières places des ventes sur Amazon.
L’idée de Whedon et de son crew était de produire une œuvre de manière indépendante, avec petit budget et qualité professionnelle. Pari réussi.

L’histoire

Dr Horrible's Sing-Along Blog DVD coverLe Dr Horrible est donc un aspirant villain (le méchant dans les histoires de super héros) qui se cherche, et qui est presque prêt à tout pour rejoindre la maléfique et légendaire Evil League Of Evil.
Malgré son PHD in horribleness, tous ses plans sont contrés par le narcissique Captain Hammer, super héros baraqué de son état.
Lorsque le Dr Horrible enlève son costume, il redevient le gentil Billy, fou amoureux de la jolie Penny qu’il voit chaque semaine à la laverie. Très timide, il envisage de lui parler d’ici quelques semaines…
Mais quand le Captain Hammer en fait sa petite amie, le Dr Horrible n’à plus le choix : il doit devenir un super villain pour se venger et reconquérir l’élue de son cœur.

Drôle et touchant

Dès les premières images, le spectateur est conquis par le charme et l’ambiance qui se dégage de ce Dr Horrible.
On découvre ainsi le personnage en tenue de villain dans son laboratoire secret, en train de se filmer avec sa webcam pour parler de ses inventions démoniaques aux visiteurs de son blog. Il échafaude également des plans diaboliques pour enfin vaincre le Captain Hammer, et souhaite se faire remarquer pour intégrer une ligue de super méchants, la fameuse Evil League Of Evil.
On commence déjà à se douter que ce Dr Horrible est du genre maladroit à tendance looser…
Billy et PennyS’en suit une scène où Billy, le Dr sans son costume donc, se rend comme chaque semaine à la laverie pour voir la belle Penny qu’il aime en secret. Quand les deux commencent à chanter on se demande vraiment où on est, mais en tout cas on plonge la tête en avant dans cet univers étrange…

L’ennemi du Dr Horrible est le super héros local : Captain Hammer, qui ne manque pas de lui mettre raclée à chaque fois qu’il le croise.
Le Captain HammerLe Captain est l’inverse du Dr : il est vantard, égoïste, costaud, beau et doué avec les filles.
D’ailleurs il s’empresse de prendre soin de la petite Penny dès qu’il comprend que Billy y est attaché.
Jusque là, le personnage Dr Horrible semblait être un moyen pour Billy de combler un manque dans sa vie, de briser sa solitude et de gagner la reconnaissance des autres, bref de se trouver pour exister. Mais lorsque le Captain le tabasse une fois de trop et qu’il lui pique l’élue de son cœur, c’est est trop : fini de jouer, le Dr Horrible s’enfonce dans ses délires et ses névroses pour enfin se révéler au monde. En devenant le monstre qu’il souhaitait devenir, il espère ainsi s’assumer pour que Penny comprenne qui il est et revienne à lui, et par la même occasion se débarrasser de son ennemi juré.

Alors, Dr Horrible comme métaphore de l’adolescence ?

Dr HorribleA parler seul dans son labo devant sa webcam, à raconter ses délires qu’on pense imaginaire (au début), le Dr Horrible ressemble en effet à un ado tchatant sur MSN dans sa chambre.
Se sentant un peu seul et étrange, il se cherche pour mieux se révéler aux autres, pour gagner leur reconnaissance et être accepté « comme un des leurs« . Ainsi, Billy doit effectuer le rite de passage lui permettant d’intégrer The Evil League of Evil, comme un jeune de 15 ans adopterait les codes d’une tribu pour y être accepté (gothique, skater, rasta roots…).
Il en va de même dans sa relation amoureuse à sens unique avec Penny : fou amoureux d’elle, il n’ose lui révéler ses sentiments ni lui parler. Ceci fait grandir son sentiment de frustration et il en souffre terriblement, en secret. D’autant plus lorsqu’elle commence à se rapprocher du navrant Captain Hammer
On à l’impression de revivre ici l’histoire du beautiful looser névrosé, et torturé par l’amour secret qu’il porte à la jolie fille romantique du lycée. Le Captain étant lui le beau gosse à la cool, populaire et n’ayant aucun problème pour serrer. Même si on sait que dans l’histoire, ce n’est lui qui finira le mieux.
En assumant pleinement ses frustrations autant que ses envies, le Dr Horrible découvre les blessures et le poids des responsabilités menant vers l’age adulte…

« One of the best inventions of 2008 » dit le TIME, et on est plutôt d’accord

Si ça peut vous rassurer, mon coloc avait un peu peur du côté comédie musicale (« j’aime pas les comédies musicales bordel« ), ce qui ne l’à pas empêché d’adorer la série…
Billy & PennyLes chansons font bien sûr avancer le scénario, en nous faisant découvrir les états d’âme et les sentiments des personnages. Parfaitement intégrées à l’histoire, elles sont de bonnes factures et donnent lieu à quelques scènes et moments de chants mémorables, les acteurs s’en donnant à cœur joie.
Notamment l’énormissime Neil Patrick Harris, grâce à qui la magie opère. On sent vraiment que le Barney Stinson de How I Met Your Mother se fait ici très très plaisir. Son jeu tout en nuance et subtilité, sa grâce pataude, son énergie et ses mimiques imparables prennent ici une nouvelle ampleur… Longue vie a lui.

Bien que cela soit court (le montage du DVD fait moins de 45 minutes), Dr Horrible’s Sing-Along Blog est bien remplit, notamment de très bonnes idées de mises en scène.
En effet il y à de tout : des personnages attachants, des bons sentiments, de l’humour, du romantisme, une ambiance enfantine,  mi super héros mi teen-movie, de l’action, des chansons pop, du kitsch, du drame… L’ensemble fonctionnant avec une légèreté et une cohérence inouïe, et  ne tombant jamais dans la niaiserie.

En résumé, ce Dr Horrible’s Sing-Along Blog est une petite perle que je vous invite à découvrir…

Bande annonce Dr Horrible’s Sing-Along Blog :


Quelques liens :

Le mot de la fin
A ne pas manquer