Bron Broen (The Bridge) : du Fincher à la sauce nordique

Bron Broen (The Bridge) : du Fincher à la sauce nordique

Bron Broen

Bron signifie le pont en suédois, et Broen la même chose en danois. Le pont du titre c’est donc celui qui relie Malmo et Copenhague, et sur lequel la police retrouve un cadavre déposé exactement à la frontière entre les deux pays. Une enquête conjointe se met en place avec un inspecteur danois plutôt jovial, Martin Rhode, et son homologue suédoise, la jolie Saga Norèn. Bien vite ils rendront à l’évidence que ce meurtre n’est que le premier d’une longue série planifiée depuis des années par le mystérieux “Truth terrorist”,  dont chacune des actions (meurtres, kidnapping…) vise à réveiller la conscience du public sur un thème précis : les inégalités face à la justice, l’exploitation des enfants etc. La traque peut donc commencer.

Bron est la version originale de The Brodge et Tunnel sur canal

Si le scénario de Bron – Broen vous dit quelque chose, c’est peut-être que vous avez vu The Bridge en version US diffusé sur FX (entre les USA et le Mexique) ou encore Tunnel sur Canal plus avec Clémence Poésy, l’histoire prend racine d’une manière assez explicite dans l’Eurotunnel entre la France et le Royaume-Uni donc.

Le déroulé de l’enquête peut paraître relativement classique avec son lot de fausses pistes, d’indices indéchiffrables, de mystérieux personnages secondaires et ce tueur insaisissable ayant toujours une longueur d’avance… Mais la série est diablement efficace et réussie à nous scotcher épisodes après épisodes. Il faut dire que ce Truth Terrorist est bien barré, on ne sait jamais ce qui nous attend, et la chasse des deux inspecteurs est passionnante.

En plus de son ambiance grise qui pue le froid et la déprime, la force de la série réside dans son couple d’inspecteurs atypiques. Martin Rhode est l’archétype du bon vivant, chaleureux, mari et père de famille aimant. On devine tout de même chez lui une certaine part d’ombre et d’impulsivité dans sa relation (ou absence de) avec son fils, et son passé tumultueux à base de tromperie et d’ex femmes.

Saga Norèn est une flic à l’intuition infaillible, toujours  calme et tempérée, ultra cartésienne jusqu’à l’apparence d’absence de sentiments et gentiment obsédée par les règles. Elle est dénuée d’ironie, d’empathie et de filtre, son discours est toujours directe et vrai, ce qui ne manque pas de décontenancé ces interlocuteurs.

C’est un véritable plaisir de suivre ses deux personnages complètement opposés, de découvrir leurs faiblesses et de les voir s’apprivoiser au fil de l’enquête pour construire une relation un brin particulière. Et bien sûr ceci est rendu possible par des dialogues assez fins et deux acteurs aussi charismatiques d’excellents.

Comme le nom de la série l’indique, Bron Broen se passe entre deux pays, tantôt d’un ou de l’autre côté du fameux pont. On imagine que la série se sert subtilement des différences de langages et de cultures entre les deux nations pour les comparer et les rapprocher. Mais en même temps ce n’est que supposition, car pour un spectateur ne parlant ni le danois et ne connaissant pas forcément ces deux pays, cet aspect de la série ne saute pas aux yeux.

La première saison de Bron Broen date de 2011 et comporte 10 épisodes d’un peu moins d’une heure. La seconde saison, elle aussi excellente et qui met nos inspecteurs en prise avec des terroristes écolos, à été diffusée pendant l’automne 2013, à peu près au moment où débutait Tunnel sur Canal plus.

Arrivé à la fin de cet article vous vous demandez peut-être pourquoi David Fincher est mentionné dans le titre de cet article (à part pour vous faire cliquer bien sur) ? Et bien c’est à la fois une figure de style pour paraître intelligent, mais aussi car la démarche du Truth Terrorist de la série peut faire penser à celle du psychopathe de Seven, le côté obsédant de l’enquête à celle de Zodiac, et le couple d’inspecteur opposés à celui formé par Lisbeth Salander et Mikael Blomviskt dans Millenium, ou à celui de Pitt & Freeman dans Seven, once again.
En même temps vous allez me dire qu’un duo de flics que tout oppose et qui se trouvent réunis dans une enquête qui prend une tournure personnelle et obsessionnelle est un gros classique du polar (et vous aurez raison), bref de toute façon ça ne change rien au fait que Bron Broen soit une série bien plus que recommandable.

Bande annonce de Bron Broen

Le trailer est aussi minable que la série est géniale, promis.

Le mot de la fin
A ne pas manquer