Breaking Bad – saison 2

Breaking Bad – saison 2

La saison 2 de Breaking Bad réussie l’exploit d’être meilleure que la première. Mieux construite, plus noire, plus cynique, plus drôle, plut tout.

Attention, les aventures de ce prof de chimie atteint d’un cancer qui s’improvise fabricant de drogue sont en passe de devenir culte. Et vous ne voulez pas manquer ça…

Si vous ne connaissez pas cette excellente série, je vous recommande la lecture de l’article sur la première saison de Breaking Bad.

Breaking Bad saison 2 : l’histoire

Breaking Bad saison 2Nous retrouvons Walt et Jessy là où nous les avions laissés à la fin de la première saison, c’est-à-dire dans un cimetière de voitures en compagnie de Tuco le psychopathe.
Comme le caïd mexicain peut à tout moment les buter sur un coup de tête, nos deux amis se rendent compte que celui-ci n’a pas franchement le profil du partenaire idéal… Et quand Tuco les prend en otage avec pour projet de les emmener fabriquer de la drogue au Mexique, les deux compères n’en mènent pas large… Mais ils s’en sortiront bien sûr après quelques rebondissements hallucinants.

Breaking Bad saison 2La vie reprend donc son cours, et quand le cancer rattrape Walter il entraîne Jesse dans leur camping-car direction le désert, pour fabriquer une quantité astronomique de cristaux.
Au cas où ça serait sa dernière occasion avant de mourir, l’argent ainsi récolté lui permettrait de mettre définitivement sa famille à l’abri du besoin. Mais encore faut-il pouvoir réussir à vendre les 20 kg de drogue qu’ils ont produits…
Et comme les alliances avec des trafiquants ont tendance à ne pas vraiment leur réussir, les deux lascars décident de monter leur propre réseau de distribution. Ce qui est forcément une très mauvaise idée.

The Wire par des nuls

Les premiers épisodes sont hallucinants, comme le reste de la saison d’ailleurs, et sont consacrés à sortir nos deux héros de la merde dans laquelle ils se sont mis avec un caïd mexicain shooté et ultra violent…

Breaking Bad saison 2Ensuite, pour écouler leur important stock de drogue ils décident de se passer d’intermédiaires et d’assurer eux-mêmes la distribution.
Dans le milieu Walt se fait appeler « Heisenberg« , et il bénéficie déjà d’une solide réputation dans la rue, où il passe pour une sorte de Kayser Sozë. Il reste invisible et se contente de donner de grandes indications à Jesse, qui se retrouve propulsé à la tête d’un groupe de dealers pas très doués.
La série s’amuse ici avec les codes du genre : recrutement de soldats, conquête et défense d’un territoire, importance de la réputation, représailles envers les mauvais payeurs ou les arnaqueurs…
A la différence prêt que dans Breaking Bad les choses ont tendance à partir méchamment en vrille. Ainsi, Walt n’est pas Stringer Bell, et Jesse n’à pas l’étoffe de soldat d’un Avon Barksdale

Walter White – incroyable Bryan Cranston

Breaking_Bad_09Bref, la vie n’est pas tout repos à Albuquerque… Walt prend du recul et souhaite se cantonner à son rôle de fabricant, tout en supervisant les choses de loin.
Il tente également de résoudre un autre problème : blanchir les tonnes de cash qui lui passent entre les mains. La solution prend la forme d’un avocat grandguignolesque et magouilleur qu’on croirait sorti d’un film des frères Cohen. Saul Goodman se révèle être un très bon conseiller en ce qui concerne l’économie parallèle et est plein de ressources. Il connaît toujours « a guy who knows a guy who knows a guy… ».

Breaking Bad saison 2Avec les impératifs liés à son activité, la transformation du père de famille tranquille en bad boy continue. Quand il s’agit de business, Walt devient froid, autoritaire, méticuleux et sûr de lui.
Cela crée une sorte de schizophrénie chez ce personnage qui semble s’épanouir malgré lui dans son nouveau rôle.
Il à repris sont travail de prof de chimie mais semble distant, le poids de sa vie secrète le dérègle socialement, et il s’éloigne irrémédiablement de ses proches. Le plus difficile est qu’il se rend compte de la situation, mais qu’il est condamné à devoir la supporter. Parce que du côté de ses activités criminelles, à chaque accalmie succède une tempête qu’il doit affronter, quitte à se couper de ses proches. La tragédie étant que Walt se sacrifie pour sa famille et qu’elle ne le saura peut-être jamais.

Breaking Bad saison 2Bien sûr ceci engendre des conséquences sur ses relations sociales, notamment amoureuse : sa femme enceinte à besoin de lui mais se sent délaissée. Elle trouve du réconfort en reprenant son ancien boulôt et flirtant avec un boss clairement amoureux d’elle. Vu le drame quand elle découvre des comptes douteux dans son entreprise, la surprise devrait avoir une issue dramatique lorsqu’elle apprendra comment son mari gagne l’argent qui la fait vivre…
Bien que les actrices et leurs rôles soient différents, on ne peut s’empêcher de rapprocher Skyler et le personnage de Rita (incarnée par Julie Benz) dans Dexter, elle aussi mariée sans le savoir à un sacré psychopathe…

Après nous avoir étonné dans la première saison de Breaking Bad, Bryan Cranston nous sidère en Walter White tout au long de cette nouvelle fournée de 13 épisodes. Alternant comique un peu gauche et personnage s’enfonçant dans la folie, la prestation est tout simplement hallucinante, big up.

Jesse Pinkman, Aaron Paul n’est pas en reste

Breaking Bad saison 2En effet le personnage de Jesse Pinkman, éternel ado perdu, camé et incapable d’affronter le monde réel est fascinant. La prestation d’acteur est elle aussi incroyable, Aaron Paul amène une sensibilité à fleur de peau, entre détresse et gros pétage de plomb, à ce personnage hors norme.

Après s’être fait rejeté par sa famille et avoir failli se faire abattre par un psychopathe mexicain, Jesse est contraint de porter les responsabilités du trafic de drogue.
Breaking Bad saison 2Trouver des dealers, jouer au chat et à la souris avec la police, utiliser la violence si la situation le réclame…
Bien qu’il prenne énormément sur lui, la pression est énorme et après un nouvel accident des plus dramatiques (lors d’un épisode halluciné), il se renferme. Isolé chez lui, il fume des gros pétards toute la journée et trompe sa solitude avec une voisine forcément plus barrée qu’il n’y parait.

Breaking Bad – bientôt culte

La saison 1 de Breaking Bad révélait un univers atypique, mais avait ses longueurs. En tout cas c’était passionnant, et un bon gros buzz a suivi. Et comme cette seconde saison frôle la perfection, il n’y à pas de raison que Breaking Bad n’ait pas son petit succès. Chaque épisode est réellement différent des autres, les scénaristes évitent ainsi la redite et la série se renouvelle pour toujours nous surprendre, avec son lot de rebondissements incroyables.
Breaking Bad saison 2L’originalité et la finesse du scénario donnent à Breaking Bad son ton tragi-comique unique, que vient magnifier l’esthétique particulier de la série.
Comme dans un film des frères Cohen, la violence se mêle au drame avec un humour parfois proche de l’absurde. Et comme toutes les grandes séries (ou films), Breaking Bad parvient à créer son propre langage cinématographique, avec ses couleurs, ses plans, ses propres effets de mise en scène…
Si on souhaite à la série le succès qu’elle mérite, on n’a pas pour autant envie de la voir s’éterniser pendant d’innombrables saisons… Mais de toute façon le concept ne s’y prête pas forcément. Le dernier épisode de cette seconde saison devrait vous laisser sur le cul, vivement la suite.

Le mot de la fin
Classique instantané
  • magic_ben

    Excellente critique, on attend effectivement la saison 3 avec impatience.
    Mention spéciale (pour la saison 2) aux incroyables aventures de Tuco, l’un des psychopathes les plus dangereux que j’ai vus dans une série !!!